Ève Lamont

Business Montréal

Ève Lamont

Ève Lamont, cinéaste, réalisatrice de documentaires engagés, n’hésite pas à affronter les tabous de la société québécoise à travers la lentille de sa caméra. Elle ne se contente pas de contribuer au débat social, elle crée des espaces d’échanges, permettant de débattre sur des problématiques qui affectent souvent de manière disproportionnée les femmes, dont la pauvreté, l’exclusion sociale et l’exploitation sexuelle. Traitant de thèmes qui ne laissent personne indifférent, elle assume avec une bonne dose d’aplomb chaque polémique suscitée par ses films.

Il y a 30 ans, Ève a commencé à se tailler un chemin dans le cinéma en tant que technicienne. C’est ainsi qu’elle est devenue la première camérawoman à travailler pour diverses chaines de télévision québécoise. Elle réalisait en parallèle des courts et moyens métrages entièrement autofinancés destinés à différents secteurs éducatifs et sociaux. Son premier court métrage, Des Squatteureuses, remportera notamment le prix du public au Festival de films des femmes de Montréal en 1988.

Elle se lancera ensuite dans de nombreux projets, dont son premier long métrage Méchante Job en 2001 qui dépeint les nombreuses formes de discrimination envers les pauvres et aborde des thèmes tels que l’exploitation au travail et les différentes façons de se réaliser en tant que personne. Ève Lamont a toujours convoité les routes alternatives et les projets qui aspirent au changement.

En 2010, elle donne la parole aux femmes tentant de sortir de la prostitution au sein du documentaire L’imposture, puis avec le Commerce du sexe en 2016, où elle révèle le visage du système organisé de la prostitution, notamment auprès des femmes autochtones. Ses documentaires ont fréquemment été utilisés afin de créer ou alimenter des débats publics jugés nécessaires et ont été présentés sur les ondes de plusieurs chaînes de télévision dont CBC, Radio-Canada et TV5 Monde.

Alors que bien des cinéastes choisissent les célébrités ou les artistes reconnus afin de représenter leur œuvre, Ève choisit de donner la parole à ceux et celles qui n’ont pas de voix dans la société et dont l’histoire est souvent méconnue. Elle s’assure également que tous ceux qui participent à la réalisation de ses documentaires ont un pouvoir décisionnel au niveau du contenu. Elle prête son œuvre avec respect à celui qui accepte de lui livrer une parcelle de sa vie, souvent très difficile à exprimer.

Soucieuse de maintenir des relations respectueuses et équitables avec les protagonistes de ses documentaires, Ève offre la création artistique, l’information, tout comme un service de soutien aux personnes marginalisées qui l’accompagne dans ses projets. Depuis sa jeunesse, Ève Lamont prend part à des mouvements de solidarité et de contreculture portant sur des thèmes tels que l’environnement ou la juste représentation des femmes dans le milieu des multimédias. Elle est également cofondatrice de l’organisation Réalisatrices Équitables, fondée en 2007, où elle siégera activement en tant membre du conseil d’administration jusqu’en 2011. Il s’agit d’un projet unique destiné à sensibiliser la société face aux inégalités vécues par les réalisatrices du Québec et à faire avancer les institutions vers la parité homme femme dans ce domaine. L’ONF, Téléfilm Canada et la SODEC ont d’ailleurs annoncé récemment leur intention d’atteindre la parité d’ici quelques années.

Sans demi-mesure, elle réalise tous ses projets avec courage, fougue, passion et détermination. Elle ne se camoufle pas, ne se justifie pas et surtout, elle insuffle courage et espoir pour ceux se sentant interpellés par la question des inégalités sociales. Alors que chacun de ses films lève le voile sur une problématique sociale existante au sein de notre société, force est d’admettre que grâce à ses réalisations, Ève Lamont aura su laisser derrière elle une communauté plus informée, sensible et conscientisée.

Jérémie Beaulieu

Fonds du Canada pour les périodiques | Canada Periodical Fund
Ministère du Patrimoine canadien | Departement of Canadian Heritage

Gouvernement du Canada / Government of Canada

No Comments

Post A Comment

Ève Lamont

Inspiration magazine

Ève Lamont

Ève Lamont is social documentary filmmaker and director and does not think twice about shining a light on topics considered taboo in Quebec. Ms. Lamont is also someone who is not content with simply contributing to social discourse: she creates spaces to promote dialogue and debate problems that often disproportionately affect women such as poverty, social exclusion, and sexual exploitation. With themes that leave no one indifferent, she boldly takes on every controversy her films produce.

Thirty years ago, Ms. Lamont began working in the film industry as a technician. In fact, she became the first camerawoman to work for a variety of Quebec television channels. At the same time, she began producing entirely self-funded short and medium-length films dealing with a range of educational and social topics. Her first short film, Des Squatteureuses earned the people’s choice award at the Festival de films des femmes de Montréal in 1988.

She then took on numerous projects including her first feature-length film, Méchante Job, in 2001 which aimed to bring light to the various forms of discrimination experienced by the poor and to address issues such as exploitative working conditions and the ways in which a person could find self-fulfilment. Ms. Lamont has always opted to go her own way and has focused on projects that aim to inspire change.

In 2010, she gave a voice to women who wanted to leave the world of prostitution with her documentary L’imposture. She pursued the topic in 2016 with Commerce du sexe where she revealed the face of organized prostitution with a focus on Indigenous women. Her documentaries have frequently been used to create or fuel public debates that are deemed necessary and they have aired on the CBC, Radio-Canada, and TV5 Monde.

Many filmmakers today choose to have celebrities or famous artists be the mouthpiece of their work. Not Ms. Lamont. She gives a voice to those who don’t have one and whose story is often misunderstood. She also makes sure that anyone who has a hand in her documentaries has a say as to its content. She respectfully gives a platform to anyone who accepts to share part of their lives, a part that is often hard to express.

Ms. Lamont is dedicated to building respectful, equal relationships with her documentaries’ protagonists and offers them a chance to take part in the creative process. She also provides information and a support service to marginalized people who are targeted by her projects. Even as a young woman, Ms. Lamont has always been interested in solidarity movements and counterculture groups fighting for environmental causes or ones.

Jérémie Beaulieu

Fonds du Canada pour les périodiques | Canada Periodical Fund
Ministère du Patrimoine canadien | Departement of Canadian Heritage

Gouvernement du Canada / Government of Canada

No Comments

Post A Comment