MAGAZINE

Dinah Oliel

Donner sans compter son temps, voilà un principe qui décrit bien Dinah Oliel. Comptant maintenant plus de 25 ans de bénévolat au service des femmes et des filles de Montréal au Y des femmes de Montréal,  selon elle le bénévolat est tout simplement une source de vie et de bien-être.

Avocate à la tête de son propre cabinet, Dinah Oliel rencontre des bénéficiaires ayant des besoins juridiques afin de leur offrir généreusement son expertise une demi-journée par semaine à la clinique d’information juridique. C’est en toute humilité qu’elle me raconte que le don de soi a toujours été au cœur de ses valeurs familiales depuis son enfance.

Il va sans dire que d’être bénévole pour un même organisme pendant une si longue période n’est pourtant pas un mince accomplissement ! De plus, le défi demeure constant alors que les questions juridiques qui y sont traitées touchent souvent des domaines variés, tels que le droit de l’immigration, du travail, de la famille et du logement, pour n’en citer que quelques-uns. Compte tenu des honoraires souvent très élevés dans le domaine juridique, inutile d’ajouter que son travail pro bono est indispensable pour des centaines de femmes.

Se considérant choyée dans la vie, le fait d’aider son prochain dans le souci de leur donner cette même chance est fondamental aux yeux de Dinah. Il est souvent question d’aider des femmes qui vivent des moments où elles sont les plus vulnérables, où elles sont souvent dépourvues financièrement, ou encore qui n’ont parfois nulle part où aller. Ayant écouté des centaines d’histoires émouvantes au fil des années, elle se dit particulièrement sensible à la détresse psychologique et la vulnérabilité de certaines femmes qui viennent consulter, souvent prises seules dans les rouages d’un système juridique complexe.

Toutefois, au-delà de son parcours professionnel et de son implication bénévole, la plus grande fierté de Dinah demeure sans contredit sa fille, qu’elle a adoptée en Chine alors qu’elle n’avait que quelques mois. Aujourd’hui âgée de 17 ans, Emanuelle a dû affronter de nombreuses épreuves difficiles au fil des années, répercussions de chocs post-traumatiques survenus durant sa tendre enfance. Grâce à son amour inconditionnel, sa patience et son écoute, Dinah lui a permis de surmonter ces étapes en lui faisant voir le monde sous un autre angle.

C’est avec grande fierté que Dinah témoigne des accomplissements actuels de sa fille, qui a récemment été admise dans un programme d’éducation à la petite enfance au CÉGEP, suivant d’ailleurs les traces de sa mère en effectuant du bénévolat au sein de plusieurs organismes, comme quoi le sens du partage et de la solidarité auront su rester dans la famille !

Comme l’a si bien dit notre avocate au grand coeur, nous faisons tous face à des problèmes, peu importe l’âge, le sexe et la religion; ce qui démontre bien qu’en plus d’être féministe, Dinah Oliel est fondamentalement humaniste. De la part de la communauté Y des femmes de Montréal et de tout ceux ayant la chance de vous côtoyer, merci infiniment pour votre dévouement et votre soutien inconditionnel !

Jérémie Beaulieu<br>Rédacteur en chef

Jérémie Beaulieu
Rédacteur en chef

En tant que rédacteur en chef, je souhaite partager avec le lectorat les atouts de la vie Montréalaise à travers la scène sociale, la scène Gastronomique et le milieu des affaires.

Recevez les dernières nouvelles

Abonnez-vous à notre bulletin infolettre

Soyez informé des nouveaux articles